Je viens du soleil ( Vengo del Sol ) de Flavio Cabobianco

Aller en bas

Je viens du soleil ( Vengo del Sol ) de Flavio Cabobianco

Message  Evol le Jeu 11 Oct - 17:17



Extraits du livre : Je viens du soleil ( Vengo del Sol ) de Flavio Cabobianco


L'un de ces enfants, un jeune Argentin nommé Flavio Cabobianco, annonçait à huit ans: «Des enfants d'un nouveau type sont en train de naître. Ce sont des humains différents, bien que rien ne le laisse supposer. Je suis seulement l'un d'eux, un des premiers. L'humanité est en train de changer. La connexion avec le monde spirituel est plus ouverte. Tous les enfants peuvent à présent se maintenir unis à cette source spirituelle, à leur essence.»


A peine âgé de six ans, Flavio avait déjà prévenu ses parents: « Les bébés pleurent parce que vivre sur cette planète est très difficile. Un bébé essaie de s'exprimer par voie télépathique, mais cela ne fonctionne pas parce que tout est beaucoup trop dense ici-bas. Il voit tout, le mauvais et le bon, le vrai et le faux. Sur d'autres planètes, on voit ce que l'on veut. "Voir" est une façon de parier, puisque les yeux physiques n'existent pas: l'être se concentre sur ce qui l'intéresse et il peut s'arrêter quand il le désire. Le nouveau-né est terrorisé par son emprisonnement dans la réalité physique. Il regrette l'unité essentielle d'où il vient, si bien qu'il s'unit rapidement aux personnes qui s'occupent de lui. Il transfère le rapport qu'il avait avec l'Être Suprême a ses parents. Dans le cas où ceux-ci croient seulement au monde matériel, ils vont l'emprisonner chaque fois davantage dans le plan physique. En lui apprenant a parier, ils limitent sa pensée. En grandissant, les enfants vont perdre la connexion avec leur origine. Si les parents sont ouverts, ils vont s'occuper de leurs enfants sans leur imposer leurs propres idées, leur vision du monde. Le cerveau humain est comme un ordinateur, mais ce dernier a une mémoire limitée, reflet du cerveau physique. En revanche, l'esprit est le reflet de l'Esprit Divin qui est infini.»


II est difficile d'admettre qu'un enfant si jeune soit capable de tenir un pareil langage que nombre de physiciens actuels ne renieraient pas. Pourtant, c'est une réalité, constatée par de nombreux psychologues, et d'autant plus surprenante que l'enfant n'a reçu aucun enseignement particulier sur les sujets dont il parle. Son père, d'origine catholique, est agnostique....



… Ils raisonnent et apprennent sous forme d'images mentales, car ils sont doués pour visualiser aussi bien le futur que le passé. Ils jaugent les gens a première vue et remarquent leur apparence suivant ce qui les intéresse le plus: aspect physique, odeur, voix, sentiments qu'ils dégagent. Des études montrent bien une activité accrue dans le lobe occipital qui est associé a la vision.


«Je sais que mon professeur s'ennuie autant que moi pendant les cours. Il les fait sans doute pour gagner sa vie, mais il n'aime pas ce qu'il fait. J'en suis sûre», affirme Estelle (dix ans).


Alors que son père lui expliquait qu'il avait besoin de lire pour comprendre la vérité, Flavio, alors âgé de six ans, lui répondit: «Bien sur, à toi Dieu transmet la vérité a travers les livres. Moi, je n'ai pas besoin de lire des livres, j'ai une connexion directe. Je sens la vérité.» Son père lui fit alors part de sa crainte d'influencer ses propos. «Non, ca ne peut pas m'arriver. Les êtres humains ont des idées, ils s'agrippent aux idées comme moi à ce coussin. Parfois ils changent leurs idées pour d'autres qui leur plaisent davantage ou leur paraissent plus intéressantes. Moi je ne peux pas changer mes idées parce que je suis ainsi. Les idées sont dans ma nature, elles sont ma nature, elles font partie de moi. C'est pour ca que tu ne peux pas m'influencer. Mais tu peux m'aider beaucoup si tu m'enseignes des mots qui m'aident à expliquer ce que je sais déjà.»…..

Flavio répondit un jour à son père:
«Tu penses trop. Tu dois te laisser vivre et attendre la réponse. Tu penses et tu repenses. Tu penses qu'en creusant avec une pelle, tu vas arriver plus vite aux fondations. Tu y arriveras de la même façon en grattant avec ton doigt. N'utilise pas tant ta volonté personnelle, ne t'agite pas autant a l'intérieur de ta tête. Il faut se laisser guider par son âme.»....

Au sujet de ses parents, Flavio Cabobianco, cet enfant hors du commun qui habite Buenos Aires, écrivait a l'âge de neuf ans: « Je me souviens de centaines de boules lumineuses, car tout ce qui vit est boule de lumière. J'en vois certaines qui peuvent m'aider à vivre sur cette planète si difficile. Je vois deux mères possibles: une avec une personnalité forte, et une autre avec une personnalité plus douce, mais juste. Cette dernière est accompagnée par une autre boule de lumière qui brille beaucoup. Je peux dire qu'elle est de couleur verte et violette. Eux m'attirent parce qu'ils sont unis par l’amour; ils seront mes parents. Je sais qu'il faut que j'y aille. Je commence à me sentir de plus en plus attiré vers eux. Apparaît un tunnel lumineux; autour il y a l'obscurité.


«Quand  j'y entre, je me sens très comprimé, très enfermé. Pour moi, naître dans ce monde c'est comme mourir pour les humains: c'est passer à un plan difficile et inconnu. Quand j'entre dans ma mère, le processus physique de mon existence commence. Je vais dans mon mental, parce que c'est la partie la plus subtile que je rencontre; de la, j'observe l'évolution de mon corps.


«Á la naissance, je reste attaché au mental de ma mère bien que mon corps soit déjà sur la Terre. Je crois que c'est pour cela que je ne me souviens de rien de personnel jusqu’à l'âge de trois ans; je restais très uni à elle. Ensuite, maman m'a raconté que, pendant toute cette époque, elle voyait le monde d'une façon a la fois bizarre et claire. C’était ainsi parce que j’essayais de comprendre le monde à travers son mental. » ….



Á sept ans, Flavio possédait une idée très précise de la reproduction: «II y a deux catégories d'humains: les hommes et les femmes. Chacune d'elles est constituée de deux types d'énergies: féminine et masculine. Selon le sexe, domine l'énergie d'une des deux catégories. De plus, chacune d'elles a une partie du corps spéciale pour la reproduction. Sur d'autres planètes, la reproduction est différente. Comme il n'y a pas de corps physiques, deux êtres de pôles distincts inter changent leur énergie et produisent un autre être.» …

Parlant de son enfance, Flavio raconte: « Me servir de mon corps et par-dessus tout manger, me coûtaient beaucoup. Manger est une manière très indirecte de prendre l'énergie dont on a besoin et je ne pouvais m'y habituer.» A cinq ans, il fit la connaissance d'une femme qui lui confia que lorsqu'elle était une enfant, elle aussi avait beaucoup souffert d'être incarnée. Elle lui expliqua que son corps était un instrument pour remplir sa tache sur la Terre, qu'il devait apprendre à s'en servir et à alimenter avec l'énergie prise sur le plan physique. »…

Á cinq ans, Flavio expliquait: « Les plantes aussi ont une vie et un mental, un mental différent du nôtre; elles savent qu'elles doivent rester attachées à la Terre et croître. Elles sont aussi attachées au Soleil. Elles sont très concentrées et spirituelles; elles ont un corps très subtil, à peine tu t'approches et déjà elles te sentent. Les plantes s'alimentent directement de la terre, pas comme nous autres qui nous alimentons des choses qui s'alimentent de la terre. Les fleurs ont besoin des humains et les humains ont besoin des fleurs. Elles soignent nos sentiments et jusqu'a certaines blessures physiques.»


On ne pourrait mieux qualifier les « Fleurs de Bach », utilisées pour soigner les maux de l'âme et, par voie de conséquence, les dommages physiques.


Flavio s'intéressait également a la vie des animaux, avec une vision parfaitement cohérente: «Les fourmis aussi ont une vie différente; elles sont reliées entre elles, elles font partie d'un seul mental. La fourmilière est un seul mental qui a un corps dispersé dans chaque fourmi. Le mental humain est individuel, il est solitaire. Les humains croient que le mental est dans le cerveau et que la vie est dans le corps, mais la vie passé è travers le corps et le mental, nous sommes tous des parties de la Vie. La Vie vient de l'étoile de chacun de nous et l'étoile vient de Dieu.»
Ces propos s'apparentent à la notion d'âme-groupe des animaux, qu'évoquent certaines traditions.


Alors qu'il observait une plante, Marcos Cabobianco, frère aîné de Flavio et, lui aussi, indigo, remarquait alors qu'il avait sept ans: «C'est l'ange gardien des plantes. C'est comme un fantôme parce qu'il apparaît et disparaît. Chaque personne a un ange gardien, mais les plantes n'en ont pas besoin, elles ont seulement un gardien qui bouge de tous les côtés. Il s'occupe aussi des plantes d'en bas, les plantes qui sont dans des pots. Il apparaît dans la maison où il y a des plantes, mais il ne se reflète pas dans les glaces.»…

A cinq ans, Flavio expliquait à sa mère: «Les humains se souviennent uniquement de la vie qu'ils sont en train de vivre. Et la vie continue. Quand je tourne une page, cette vie se termine et je vais à une autre vie. Savais-tu qu'il y a beaucoup de sortes de vies? De la rnême façon que dans ton agenda il y a différentes formes, numéros, lettres, la vie humaine est seulement une des formes de la Vie. Et la Vie est Dieu.»


II précisait aussi: «Quand je suis né, ce monde était pour moi comme un monde de fantômes, de fantômes physiques. Pour être physique, il faut d'abord naître. Pour être fantôme, il faut d'abord faire l'effort de mourir. Je veux dire que les humains qui sont devenus des fantômes ont eu beaucoup de mal a mourir, ils ne voulaient pas mourir. A cause de cela, ils ne flottent pas vers le Soleil, ils restent près de la Terre. Les fantômes ont oublié que nous sommes tous issus de Dieu et que, quand nous mourons, nous retournons à Dieu.»


Il abordait alors souvent le problème de la mort: « Certaines personnes croient que tout se termine avec la mort. Il est certain que quand l'homme meurt, son corps physique disparait, mais l'homme ne meurt pas tout entier, son âme s'en va avec Dieu. On peut avoir peur parce que cesser d'être physique, c'est un changement très grand. Mais c'est comme terminer l'école et ensuite continuer à apprendre, aller dans un niveau supérieur où une école différente.»…

Á sept ans, Flavio affina son enseignement sur ce grave sujet: «Dans chaque vie, nous apprenons un peu plus chaque jour et nous emportons avec nous les expériences constructives, mais parfois aussi des désirs et des choses négatives. En réalité, la vie est une grande école: certains commencent à peine, d'autres redoublent, chacun va en progressant dans les différents niveaux d'apprentissage jusqu'à devenir professeur. On est alors un professionnel de l'éternité, et on a la mission de descendre pour aider les élèves afin qu'ils arrivent au même niveau, et leur enseigner que nous sommes tous des parties de Dieu et que la vie nous polit jusqu'a arriver a la perfection.»



Parlant de la réincarnation, Flavio racontait: «Aujourd’hui, j'ai réalisé un de mes désirs. Ce qui est négatif, ce ne sont pas les désirs, mais c'est de s'attacher à eux, particulièrement quand quelqu'un s'approche de la mort. C'est bien de mourir sans désir. Quand quelqu'un a un désir tres fort, il revient avec lui dans la vie suivante. Plus le désir est personnel, plus il est sur qu'on aura a en porter le fardeau dans la prochaine vie.»
Á huit ans, Flavio continuait: « Le niveau astral, côté positif, est la zone de purification des désirs. Au moment de la mort, les âmes traversent une porte pour aller à la Source. A ce niveau, il y a des êtres qui aident après la mort. Il faut respecter la porte. On ne doit pas appeler des êtres astraux parce qu'ils risqueraient d'obstruer le système.»


II ajoutait alors: «Le niveau astral, côté négatif, est ce que les gens appellent "enfer". C'est le niveau où vont les gens qui ne savent pas qu'ils sont morts, ou ceux qui n'ont pas accompli leur mission, par exemple ceux qui se suicident. Ces êtres restent attachés au niveau physique, ce sont des âmes dans la confusion. Quand elles sortent de leur confusion et qu'elles comprennent leurs erreurs, elles passent au côté positif de l'astral et retournent à la Source.»


Concernant  les fantômes, son frère Marcos expliquait au même âge: «Bien sur que les fantômes existent. Je t'ai déjà dit qu'ils ne peuvent rien te faire, ils sont énergie sans matière. Ils peuvent seulement t'effrayer. Tu ne dois pas avoir peur d'eux mais plutôt de la peine. Ils sont comme un nuage avec une forme humaine. Ce sont des âmes qui ne savent pas retourner a Dieu. Les fantômes peuvent traverser les murs, mais ils ne peuvent pas te toucher. Ils n'ont pas de corps, mais ils ont un esprit. Ils ont de l'énergie mais pas de matière. Sais-tu ce qu'est la matière? La matière se touche. Quand on meurt, on laisse son vêtement qui est le corps, mais parfois il reste le vêtement intérieur, qui se promène par la, flottant près de la terre; il ne monte pas en haut.»…


Á treize ans, Marcos raconta une expérience vécue dans une vie précédente, où il était mort, asphyxié par une fuite de gaz. Cela lui permit de remonter plus loin dans une autre vie encore, alors qu'il devait condamner un homme à mourir dans une chambre à gaz. Il n'était pas sur de sa culpabilité, mais il n'avait pas su résister à la pression du jury: «Je le vis respirer, aspirer l'ultime bouffée d'oxygène, ensuite contenir sa respiration jusqu'à ne plus pouvoir et aspirer la bouffée de gaz mortelle. C'est pour cela que nous sommes revenus dans cette vie. Pour apprendre, pour sortir de cette loi de cause a effet, pour en fin de compte en terminer avec elle une bonne fois.»


Á peine âgé de quatre ans, Marcos Cabobianco expliquait à son tour: «Les anges n'ont ni ailes, ni pieds, parfois ils jouent avec moi. Ils font des cercles dans l'air, des cercles de lumière. Ils ont comme un manteau blanc, brillant. Quand je suis avec eux, moi aussi je peux flotter, mais nous n'avons pas besoin d'ailes. Nous flottons parce que nous sommes d'air.»
Par contre, certains enfants prétendent qu'ils utilisent des «ailes» pour s'envoler vers d'autres mondes. Quoi qu'il en soit, nombre d'entre eux affirment qu'ils sont capables de sortir de leur corps pour aller se promener dans le cosmos et visiter des planètes lointaines.
Flavio disait souvent qu'au cours de la journée il était fatigué car la nuit il voyageait sur d'autres planètes. «Mon travail pendant que je dors est d'être un "informateur". Je transmets à des êtres d'autres mondes, par télépathie, des renseignements sur la Terre. Tout leur paraît très étonnant.» …. Flavio rencontra d'autres enfants qui lui confièrent qu'ils étaient venus sur terre pour faire le même travail que lui. «Notre mission est d'aider au changement. La terre est en train de commencer à être moins physique, plus spirituelle. Certains disent que je vais me fermer au spirituel quand je serai plus grand, mais je ne le crois pas. Je sais que je ne peux rien oublier de ce qui est mon essence.»


Par la suite, à l’âge de neuf ans, il donna plus de précisions: «Avant de naître, je voyais tout, j'avais toutes les perspectives. Ma vision n'avait pas de limites, parce que je n'avais pas d'yeux physiques. C'était la première fois que j'étais aussi proche d'une planète aussi dense. Je m'étais préparé en passant par d'autres planètes où j'avais pu m'entraîner à cette dimension physique. C'était comme apprendre à écrire dans l'air sans utiliser de crayon. Mais ceci était une expérience très différente, très rare: j'allais avoir un corps de matière. J'apportais avec moi quelques données de base pour pouvoir être ici: oui et non, temps et espace. Ce monde est un monde d'opposition.»


Cependant Flavio se plaignait alors que la télépathie, la transmission directe par ondes mentales, ne fonctionne pas bien à cause de la densité de la Terre. « De plus, dans des lieux différents, on utilise des sons différents pour dire la même chose. C'est très compliqué. En outre, existe la gravité, qui est le poids qui nous maintient sur la Terre. Il faut faire des efforts pour se déplacer; on est comme aplati et l'on ne peut pas voler. On peut seulement voler en rêves ou avec les ondes de la pensée.»…

Á huit ans, Flavio Cabobianco tenait des propos très proches lorsqu'il expliquait sa façon de voir le monde: « Les humains apprennent à utiliser un seul point de vue: le quotidien qui sert pour le physique et pour vivre en société. En jouant, les enfants pratiquent cette réalité. Rester ouvert, c'est permettre d'autres points de vue. Par exemple, le point de vue extérieur consiste à "voir" de l'extérieur de la Terre, et plus encore de la partie manifestée de l'Univers. Le point de vue central consiste à voir depuis le noyau, essence énergétique de Dieu. Le point de vue intérieur consiste à "regarder" depuis le noyau interne de son être propre, et voir le noyau des autres êtres.


« On ne fait pratiquer aux enfants que le point de vue quotidien. De cette façon, ils limitent l'usage de leurs ondes mentales et apprennent à se concentrer sur le plan physique. C'est comme utiliser à peine une toute petite partie d'un ordinateur. Une fois qu'ils sont programmes de cette façon, il leur est tres difficile de se rouvrir. Il faut beaucoup de patience ensuite pour rétablir le contact spirituel.»


Les Indigo voient souvent les auras et les décrivent avec précision. Agé de quatre ans, Marcos Cabobianco expliquait: « Sais-tu que les anges ont des cheveux violets et que tout est violet autour? Tous les gens ont des couleurs autour. Certaines couleurs sont belles et d'autres sont tristes, ca dépend comment est la personne.»…

Parmi tous les Indigo connus - car il doit en exister de nombreux non répertoriés- ce sont les deux frères argentins Cabobianco qui sont les plus surprenants par leurs propos. Leur père, Omar Nestor, avoue:
«Peu à peu, je comprends que les deux enfants ont un noyau de sagesse intérieure en commun, mais des fonctions différentes. Sans aucun doute, c'est Flavio le porte-parole. Sa mission, comme il le dit, est de transmettre l’information sur la réalité spirituelle. Il perçoit toujours avec exactitude, sans se tromper, quand, où, et avec qui il peut s'exprimer en toute liberté. Éduquer mes enfants et à la fois apprendre d'eux est une expérience difficile mais passionnante. Mes conceptions sur la réalité ont subi une véritable révolution. Je grandis avec mes enfants. Cependant, en dépit de leur lumière intérieure, ils ont besoin de moi pour les orienter dans le plan concret et quotidien ou, comme ils disent, dans leur expérience avec le "dense". Je suis sur que beaucoup d'enfants sont comme Marcos et Flavio, attendant seulement la possibilité d'une attitude ouverte pour pouvoir l'exprimer, pour ne plus avoir à perdre leur connexion avec la lumière.»


Á trois ans, son fils Marcos déclarait: «Moi, je vois les yeux fermés. Je vois Dieu, mais Dieu n'a pas de corps. Il n'a pas de bouche, mais il parle. Il est dans toutes les choses, il est aussi dans la nourriture. Il est dans l'air. Il est à l'intérieur des gens, et aussi à l’intérieur des voleurs, même s'ils sont méchants. lis sont méchants parce qu'ils ne savent pas qu'ils ont Dieu a l’intérieur d'eux. Ils ne le sentent pas. Et Dieu est aussi dans les animaux. Même dans les rats.»


II disait a la même époque: «Je ne crois pas au ciel et à l'enfer dont parle grand-mère.»


Á quatre ans, il persistait à contester les dires de sa grand-mère: « Grand-mère dit que Jésus est Dieu. Elle ne comprend pas que Dieu est Tout. Jésus est un être humain, mais bien sur un être humain différent... Je sais que Jésus vient de Sirius, qui est l'étoile de la volonté et de l'amour.»
II ajoutait: «Parfois, je m'en vais lorsque je m'endors. Je vais avec Dieu. Je vais comme une fusée dans les étoiles, et je suis avec Dieu. Mais c'est difficile à expliquer parce que c'est un Dieu qui est au-delà des mots. Je sens quelque chose dans le cœur, dans l'âme, mais il n'y a pas de mots.»
Á six ans, il racontait ses voyages nocturnes et ses liens avec des êtres angéliques. «Quand j'étais petit, je croyais que pour aller a Dieu, j'allais avec mon corps et tout. Maintenant, je sais que j'y vais en flottant avec l'âme. Je peux aussi aller avec Dieu quand je suis réveille. Je ferme les yeux, je dessine une petite porte magique et je pars en haut dans le ciel, dans les étoiles, jusqu'à Dieu.»


Dés l'âge de trois ans, son frère Flavio prit la relève et fit, a son tour, part de sa vision du cosmos. Sa mère a noté toutes ses réflexions, comme elle notait déjà celles de son fils aîné….

Á six ans, il précisait: «II y a des mots qui existent seulement sur cette planète tellement physique, comme le mot néant et le mot mort. Le mot néant en lui-même ne peut exister. Il peut exister rien de quelque chose, mais rien de rien n'a pas de sens, parce que toujours existe Dieu. Jamais quelque chose de Dieu ne peut disparaître ou ne pas exister. Le néant est impossible, et aussi rien n'est impossible. Si tu dis à un être très spirituel, à un ange par exemple, que certains humains croient au néant, il ne peut pas comprendre; il se rend compte que ces humains sont très ignorants.»
Á onze ans, Marcos déclara: « Dés que mon frère Flavio est né, j'ai su que nous avions une mission à remplir. Mon travail fut de lui expliquer les lois de ce monde.»…

En mars 1992, Jean Spinetta fit un voyage pour rencontrer Flavio et habita deux jours chez ses parents. «C'est un enfant adorable, extrêmement affectueux et très bien adapté à la vie quotidienne que je pus observer. Son frère, Marcos, est aussi un bon exemple d'équilibre et de créativité. Nous eûmes tous trois une conversation sur l'astrologie. Ils en avaient incroyablement incorporé le symbolisme qu'ils reliaient à des exemples de la vie quotidienne.»


Jean Spinetta a insisté sur le fait que Flavio s'insurge très souvent contre ceux qui voudraient en faire un surdoué et affirme avec véhémence qu'il est un enfant normal.
«Il a raison. Il est tel que chacun de nous devrait être. Il est en même temps un exemple pour tous les enfants, pour tous les jeunes et tous les êtres humains qui aspirent à développer le plus haut potentiel dans leur existence. Et il préfigure l'être humain de demain.»
On trouve chez de nombreux Indigo âgés de trois a cinq ans de longs discours sur l’impermanence des choses, la physique quantique, les atomes, ce qui n'est aucunement «normal» à cet âge.
Il est possible que ces enfants soient les précurseurs d'une nouvelle science et d'une nouvelle vision du monde et qu'ils participent déjà, sans en mesurer l'ampleur, à un mouvement qui sera peut-être considéré dans l'avenir comme l'un des plus importants de l'histoire de l'humanité car il risque de changer la manière de penser et le comportement de plusieurs milliards d'individus. Seraient-ils descendus sur terre pour aider 1'humanité à évoluer? Ont-ils été choisis pour remplir la mission de sauver la planète? S'ils doivent jouer un rôle essentiel dans les années à venir, en connaissent-ils l'urgence et la finalité?


Toujours est-il qu'ils portent en eux l'espoir d'une vie meilleure, emplie d'amour et non de haine.


Á cinq ans, Flavio expliquait déjà: «La haine, c'est de l'amour comprimé. L'amour, par contre, n'est ni accumulé ni séparé, il est normal.» …

« Les nouveaux êtres ont un centre mental plus grand. Les bébés qui naissent maintenant viennent d'une école plus avancée que Mars, comme le Soleil. Ces âmes nouvelles vont aider à ce que la Terre ne subisse pas un changement trop brusque; à eux tous, ils vont produire des bonnes ondes», disait Flavio Cabobianco lorsqu'il avait six ans.
Deux ans plus tard, il confirmait: « L'humanité est en train de changer. La connexion avec le monde spirituel est plus ouverte. Tous les enfants peuvent à présent se maintenir unis à cette source spirituelle, à leur essence.»….

Á sept ans, aidé par son frère, Flavio Cabobianco dessina un schéma de l'Univers qu'il améliora à neuf ans. Il le sépara en deux niveaux, Fun abstrait, qu'il a appelé «inconcret», et l'autre manifesté, concret, avec différents plans allant des êtres primordiaux, «matière première des âmes», et du Logos, réalisateur de la pensée divine, jusqu'au plan inférieur, astral, mental, émotionnel et enfin physique. «C'est le niveau le plus dense, le plus mélange, le plus complexe, il n'y a pas de barrières. Il est délimité par le temps et l'espace. Á ce niveau, les humains

développent leur cycle de naissance-mort. Y coexistent aussi des entités astrales positives et négatives, et des êtres qui organisent les formes de la vie physique. Ce niveau, de notre point de vue, est le niveau inférieur, la base de la Tour de l'Univers. Mais c'est aussi le niveau le plus élevé en densité et en condensation de la matière. Autrement dit, vu du niveau inconcret, c'est le point où règne la plus grande concentration du divin.»
II ajouta force détails à huit ans, puis des commentaires sur son schéma de l'Univers a neuf ans. Plus tard, on lui offrit un ordinateur….

A huit ans, Flavio était déjà en contact avec cette conscience universelle: «Avant ma venue sur Terre, je séjournais dans cette source de lumière, afin de pouvoir pénétrer dans le plan physique. Il n'y a pas que moi qui vient du Soleil. Tous les enfants qui naissent maintenant et aussi tous les adultes qui suivent un processus de transformation ont une connexion ou verte avec la lumière.»…

Flavio Cabobianco ne peut qu'approuver ces propos qui ressemblent aux siens: «II y a des mondes où se joignent deux pôles. L'un passé toute son énergie à l'autre, un des pôles a le petit et l'autre meurt. Dés que le petit peut prendre de l'énergie seul, ce pôle meurt aussi, c'est-à-dire change de niveau, mais dans des niveaux supérieurs, c'est encore plus facile: il n'y a pas de sexe, il n'y a pas de pôles, on ne naît pas et on ne meurt pas.»…

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

-------------------------------------------------------------------

Incroyable ce Flavio, il y a bien des choses qu'il connaissait à 5 ans et que je découvre seulement par moi meme maintenant
Il parle bien aussi du prana, dans le sens qu'il y  pas de besoin de manger de la nourriture si on capte directement l’énergie ^^

"Flavio raconte: « Me servir de mon corps et par-dessus tout manger, me coûtaient beaucoup. Manger est une manière très indirecte de prendre l'énergie dont on a besoin et je ne pouvais m'y habituer.»

Il y a plus d'êtres qu'on imagine qui mettent fin aux cycles des incarnations, et une constante que j'ai toujours entendu, ils n'ont aucune envie de revenir sur la terre...

_________________
Seule l’expérience révèle ce qui n'est pas écrit, ou pas encore découvert Seule l’expérience instruit
avatar
Evol

Messages : 369
Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 48
Localisation : Voie lactée

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum